Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Soha ▬ Like a moth to a flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 30
Localisation : Belgique

MessageSujet: Soha ▬ Like a moth to a flame   Mar 29 Mar - 8:37


Soha



White luminous wings
Falling in love with blushing
Flame of a shy candle,
Passing wind enamoured
By the moth’s beauty
Killing the flame
Love’s cruel games…

Prénom ~
Soha
Surnom(s) ~
So', sale môme...
Piujuq
La Fée
Obéron
Sexe ~
Féminin
Orientation sexuelle ~
Homosexuelle
Âge (apparent) ~
16 ~ 19
Âge (réel) ~
769
Groupe ~
Dæmon
Langues parlées ~
Swahili (approximatif)
Hindi (approximatif)
Anglais (quelques mots)
Métier ~
Allumeuse de réverbères



Casier Judiciaire


Péché capital principal ~

Péché capital secondaire ~



Physique



Soha est une dæmon monochrome, une demoiselle en noir et blanc ; et même si les termes « dæmon » et « demoiselle » vous semblent difficiles à associer, son cas est hors du commun - elle a une forme majoritairement humaine.

Son côté monochrome saute vraiment aux yeux : ses ongles noirs contrastent fortement avec sa peau douce et claire, par exemple ; et si ses cheveux neige - véritable avalanche dévalant le long de son dos - attirent l'attention, ces onyx que sont ses yeux n'ont rien à leur envier.


Un dæmon à forme humaine est chose courante de nos jours, mais je me souviens d'une époque où c'était si rare que je ne passais jamais inaperçue.
Aaah ~ J'étais la cible de tous les regards et on murmurait sans cesse dans mon dos, en bien comme en mal. Je me sentais différente, spéciale et.. uh.. entre nous, j'avoue que ça me manque, parfois.

(...) même si sa ressemblance à un être humain est saisissante, certains détails de son anatomie trahissent sa vraie nature.

Ses ailes nivéennes, indéniablement semblables à celles d'un papillon de nuit, balaient en un instant tout doute concernant son appartenance aux dæmon.

Contrairement aux apparences, ses ailes ne sont ni fragiles, ni incommodantes ; bien au contraire : elles peuvent non seulement endurer un stress considérable mais, au repos, elles sont aussi extrêmement flexibles, preuve s'il en est de leur extraordinaire adaptation au mode de vie humain.


Imani aime assimiler mes ailes à du tissu, non seulement parce qu'elles sont toutes souples mais aussi parce qu'elles sont douces comme la soie - elle a l'air assez fière de sa comparaison et j'avoue l'apprécier moi aussi.
J'arrive à m'enrouler dans mes ailes comme dans une couverture, m'assied ou me couche dessus sans m'en soucier le moins du monde. Qu'elles soient déformées, froissées ou malmenées, elles retrouveront toujours leur forme initiale ; heureusement d'ailleurs, je ne sais pas comment j'arriverais à vivre normalement sans ça, même des tâches simples comme m'habiller seraient impossibles.. je vous raconte pas le calvaire, ugh...

Si je veux m'envoler, par contre, avoir les ailes toutes molles ne m'aide pas, alors il me faut les réchauffer vite fait en les faisant vibrer, parce qu'une fois bien chaudes, elles retrouvent de leur rigidité. Oh, elles restent souples, c'est nécessaire si elles veulent endurer le vol et d'éventuels accidents, mais elles ne sont définitivement plus toutes floppy flappy comme au repos !

Soha possède aussi une paire d'antennes, antennes visuellement similaires à de longues plumes blanches aux extrémités noires.

Évidemment, ses antennes sont loin d'être une simple bizarrerie esthétique : elles lui offrent des sens accrus, goût et odorat en particulier - jusqu'à pouvoir sentir les phéromones et déterminer notre niveau de.. uh.. excitation sexuelle.


J'aime les filles ! ♥️ Je les trouve si mignonnes, elles arrivent toujours à faire battre mon p'tit cœur à cent à l'heure.. et elles sentent si bon !
Chaque fille a un parfum unique, une odeur douce et subtilement sucrée, je dirais même fruitée, et cette odeur est plus agréable encore quand la fille a des pensées, des envies.. uh.. sexy ; devient dangereusement enivrante si la fille en question satisfait ces envies d'une manière ou d'une autre.
Oh, c'est la même chose avec les garçons, mais leur odeur à eux est.. moins envoûtante : une odeur forte, terreuse et boisée, qui me rappelle la forêt.

Soha est une jolie demoiselle, c'est en tout cas mon avis sincère, et son surnom commun « la fée » prouve que son côté insecte ne retire rien à son charme.

Soha est surtout une dæmon à jamais piégée dans l'adolescence, un petit bout de femme d'un mètre soixante-et-un au visage un peu rond mais aux charmes indéniables, dont les courbes ont vite fait d'attirer la curiosité des hommes.
Poitrine volumineuse - mais pas trop - ou encore hanches bien marquées, cette adorable sale gosse a été très chanceuse à la loterie du physique.


Imani me trouve jolie, me trouve chanceuse, et entre-nous, je suis satisfaite de ce que je vois dans le miroir, ce qui me pousse à lui donner raison même si c'est un peu embarrassant quand elle va le crier sur tous les toits.

Soha a un style vestimentaire.. comment dire.. varié, et même si elle a un gros faible pour les jupes, elle aime essayer tout et n'importe quoi, sans se soucier des couleurs ou des règles tacites de la mode que Riya tente désespérément de lui enseigner - un défi digne des douze travaux d'Hercules.
Soha semble en tout cas autorisée à porter ce qu'elle désire, contrairement à nous autres humains, c'est pourquoi Riya, dont la vocation était d'être styliste, lui confectionne de nombreux vêtements et accessoires ; se charge elle-même de l'habiller au mieux - une situation mutuellement bénéfique.



Caractère



...


...



Un oeuf



Faim...
Faim...
Tellement faim...

Je vais entamer demain un voyage d'une semaine au cœur de la forêt, dans le cadre d'une étude sur la sylve et ses nombreux dangers.
Nous avons la chance de revenir sans cesse à la vie dans ce nouveau monde, mais une mort reste un évènement douloureux et traumatisant, tout comme une blessure grave, et nombreux sont ceux qui s'aventurent dans ces bois sans en connaître les conséquences - ou s'en soucier pour certains.
J'aimerais donc documenter ce vaste inconnu feuillu et ainsi limiter le nombre d'accidents malheureux qui s'y produisent.
Carnet "Aventures en forêt" (p1)

J'ai rencontré Anik ce matin, un charmant Inuit et un chasseur confirmé qui me servira de guide tout au long de mon aventure.
Anik et moi avons eu une agréable conversation autour d'une tasse de thé : entre instructions et informations, nous avons appris à mieux nous connaître et il a même partagé avec moi ce qui semble être une pièce de folklore chez les chasseurs, un mythe qu'il a personnellement nommé Piujuq.
Piujuq est une fille venue des contes de son enfance, transformée en chenille à cause de sa naïveté et de sa générosité, mais qui hanterait cette forêt ; esprit vengeur qui mènerait la vie dure aux humains.
Carnet "Aventures en forêt" (p2)


Faim...
Faim...
Tellement mal...

Une semaine s'est écoulée et nous voici sur le chemin du retour, j'ai hâte de me doucher, de retrouver ma maison et de mettre mes notes au clair.
Anik est très nerveux et si je ne croyais pas à ses histoires, me voici bien forcée de l'admettre : Piujuq rôde dans les environs. Piujuq est une force de la nature, un animal colossal, un bulldozer laissant derrière lui un sillon de destruction. Il - ou elle - dévore tout sur son passage, fruits comme animaux, feuilles comme champignons ; détruisant les pièges des chasseurs et volant leurs proies.
J'ai vraiment hâte de retrouver ma maison.
Carnet "Aventures en forêt" (p24)


Faim...
Humains..?
Tellement faim...

Piujuq, la fille transformée en chenille - vraiment approprié, car c'est bien une immense chenille blanche que nous avons vu émerger des arbres devant nous.
Je redoutais cette rencontre et elle m'en laisse encore un souvenir amer : Anik s'est enfui sans demander son reste, m'abandonnant seule avec la créature.
J'étais évidemment terrorisée, désarmée, certaine de finir en casse-croûte, une petite bouchée de bonheur, mais la chenille s'est contentée de me bousculer de la tête, comme curieuse, avant de retourner à ses occupations.
Carnet "Aventures en forêt" (p25)

Piujuq ne cesse de me suivre, s'arrêtant de temps à autres pour satisfaire son insatiable appétit, ne manquant jamais de me rattraper par la suite - une tâche aisée étant donné que je suis totalement perdue.
Carnet "Aventures en forêt" (p26)

J'ai retrouvé Anik au son de sa voix. Il est revenu sur ses pas, me cherchait en criant mon nom, pris de remords à l'idée de m'avoir lâchement abandonnée.
Je lui ai bien évidemment fait la morale et ce misérable couard n'entendra plus un mot sortir de ma bouche, au moins jusqu'à notre retour à la civilisation.
Piujuq s'est mise sur ses gardes à la vue du chasseur et s'en est allée de son côté, mettant un terme à notre inoubliable rencontre.
Carnet "Aventures en forêt" (p26)



Faim...
Tellement faim...
Tellement mal...

Je vais retourner dans la forêt. Je laisse toutefois mes envies de documentation de côté : mon seul but est de retrouver Piujuq.
Carnet "Piujuq" (p1)

Piujuq me hante sans cesse, le souvenir de notre rencontre est toujours aussi vif et, avec du recul, son comportement est à des années-lumière de celui d'un insecte, c'est pourquoi je me demande si elle ne serait en réalité une dæmon.
J'aimerais la retrouver, gagner sa confiance et avoir la chance de l'étudier ; aimerais la revoir juste une fois, une obsession avouée et assumée.
Carnet "Piujuq" (p1)

Trouver un nouveau guide disposé à traquer l'esprit/le gardien de la forêt, aussi et surtout considérée comme un dangereux fléau, s'est avéré être une mission si difficile que je me suis résignée et me suis à nouveau tournée vers Anik.
J'ai réussi à le convaincre de me suivre dans cette nouvelle aventure, même si c'est à contre-cœur - c'est sa manière à lui de se faire pardonner.
Carnet "Piujuq" (p2)

Faim...
Mal...
Humains.. ?

Dénicher notre chenille s'est avéré être un jeu d'enfant grâce à ce boulevard de traces caractéristique qu'elle laisse dans son sillage.
Piujuq se trouve en ce moment même sous nos yeux, escortée par une nuée de ces papillons de nuit blancs communs, ceux qu'on nomme Ailes-de-lune car ils brillent faiblement dans les ténèbres, nous offrant ainsi un spectacle hors du commun, une scène selon moi magnifique.
Carnet "Piujuq" (p4)

Faim...
Humains...
Humain approche.. inoffensif...

« Imani, reviens, c'est dangereux ! »

Chasseur.. dangereux.. flèches.. tellement mal...
Dangereux...

« Anik recule, tu lui fais peur ! »

Chasseur.. il faut lui faire mal.. tellement mal...
Dangereux...

« Tout doux ! Il ne te fera aucun mal ! Anik, recule bon sang ! »

Chasseur.. inoffensif.. ?
Humains...

« C'est ça, tout doux, c'est très bien. »

Faim...

Piujuq et les chasseurs entretiennent une relation haine-haine de haut niveau et son agressivité envers Anik, réaction normale à première vue, prouve qu'elle l'a reconnu ; une capacité que je ne pense pas pouvoir attribuer aux insectes, ce qui me conforte dans ma théorie : nous avons affaire à un daemon et non à une chenille « ordinaire. »
Un incident donc riche en informations comme en émotions.
Carnet "Piujuq" (p4)

Piujuq s'est habituée à la présence d'Anik et nous avons eu tout le loisir de l'observer, mais comme sa seule activité est de manger, notre aventure s'avère être moins passionnante que ce que je m'imaginais.
Je suis tout de même satisfaite des informations que nous avons obtenues et je compte bien revenir dans le futur ; je serai alors mieux préparée et serai mieux renseignée tant sur les méthodes de mesure de l'intelligence animale que le comportement des insectes de manière générale.
Carnet "Piujuq" (p6)



Faim...
Imani.. ?
Imani, Anik.. !
Nouvel humain.. ?

J'ai décidé d'emmener Riya avec moi.
Riya est ma colocataire et la propriétaire d'un petit magasin de sous-vêtements et d'accessoires de mode, une adolescente forte et autonome qui me considère comme une amie et une confidente - un sentiment partagé.
Je lui ai évidemment raconté mes nombreuses aventures en forêt, lui ai révélé toutes nos trouvailles au cours de ces derniers mois et, c'était prévisible, elle m'a demandé si elle pouvait m'accompagner au moins une fois.
Carnet "Piujuq" (p22)

Faim...

« Waw! Elle est vraiment moche, votre chenille ! »
« Elle s'appelle Piujuq. »
« Même son nom est moche... »
« Merci pour ma culture... »
« De rien ! À partir de maintenant, elle s'appellera Soha. »

Nouvel humain a de la nourriture dans les mains.. faim...
Si je lui donne un petit coup de tête.. elle m'en donnera peut-être...

« Ouch! Haha, vous voyez ? Elle adore son nouveau nom ! »
« On va dire ça. »
« T'es jaloux, c'est tout. »

Allez.. donne-moi à manger...
Encore un coup de tête...

« Aie! Ho, hé, tu veux te battre, la chenille ?! »

Amusant...

Riya semble apprécier Piujuq, qu'elle s'est empressée de renommer en Soha, et n'a cessé de jouer avec cette dernière - une rare scène de bonne entente entre humain et dæmon. James Morrison, professeur en entomologie, est arrivé à la même conclusion vis à vis de sa nature de dæmon et, selon lui, Piu Soha aurait une intelligence similaire à celle d'un enfant.
James s'est révélé être un atout de taille dans nos recherches et sans lui, nous n'aurions jamais découvert l'étendue des capacités de Soha : le test du miroir a révélé en elle une claire conscience du soi, d'autres évaluations ont révélé sa capacité à reconnaître les couleurs et même à comprendre notre langue.
Quant à son comportement, elle cherche sans cesse notre affection (caresses et câlins), preuve qu'elle n'a de l'insecte que l'apparence.
Carnet "Piujuq Soha" (p22)

Non...

« Bye bye, Soha ! »
« Piujuq. »

Restez avec.. moi...

« On reviendra bientôt, Soha, promis. »
« Piujuq. »

Restez avec.. Soha...

« C'est quand même dommage qu'on ne puisse pas l'emmener avec nous. »
« J'aimerais aussi mais tu sais bien que ce n'est pas possible. »
« T'imagines les dégâts qu'elle ferait en ville ? »
« Je sais... »

Soha veut être.. comme les humain.. et aller dans la ville...
Soha ne veut pas.. être seul...
Triste...



Anik et moi sommes allés rendre visite à Soha, comme nous le faisons souvent, mais cette dernière nous a réservé une surprise : elle s'est tissée un cocon.
Je n'arrive toujours pas à réaliser que notre chenille pourrait se transformer en papillon, à comprendre comment un dæmon pourrait complètement changer de forme - ce devrait être impossible, même pour eux.
Carnet "Piujuq Soha" (p23)



Anik est venu me voir ce matin avec des nouvelles concernant Soha, son cocon du moins : une myriade d'Ailes-de-lune s'est rassemblée autour de ce dernier, un évènement assurément hors du commun.
James, qui a étudié les insectes toute sa vie, a une théorie sur le phénomène : chez les lépidoptères, les mâles arrivent à sentir une femelle à des kilomètres à la ronde et si Soha s'est mise à émettre un parfum hormonal assez proche de celui des Ailes-de-lune, tous les mâles des environs sont naturellement venus la courtiser - sa transformation serait donc finie et sa sortie du cocon imminente.
Anik et moi avons donc décidé de lui rendre visite, ma première sortie en forêt depuis le début de sa métamorphose, il y a neuf longues années.
Carnet "Piujuq Soha" (p24)

Je me suis souvent demandée, au cours de ces dernières années, quel genre de papillon sortirait du cocon, sans me douter une seconde que c'est une fille nue et désorientée que je retrouverais recroquevillée au pied de l'énorme enveloppe de soie ; une fille à mi-chemin entre l'humain et l'insecte.
Carnet "Piujuq Soha" (p24)

Je faisais de si beaux rêves, confortablement enroulée dans ma soie chaude et douce, des rêves de ville et d'humains, des rêves où je m'envolais dans ce ciel mystérieux qui s'étend au dessus de ma forêt, qu'on aperçoit parfois au travers des feuillages ; mais je me suis réveillée et mon bonheur est devenu un mélange amer de confusion et de crainte.

« Ah... »

Je me suis toujours élevée au-dessus des autres habitants de la forêt mais la forêt me semble être devenue énorme, même ces créatures blanches qui ne cessent de voleter autour de moi me semblent anormalement grandes.

« Aaah... »

J'aurais assurément préféré que ce soit le monde qui ait eu une poussée de croissance durant mon sommeil mais force est de constater que je suis celle qui a changé - mes mandibules, toutes mes pattes, tout.. tout est différent.
Je suis submergée d'odeurs et de sensations inconnues, marcher avec juste deux pattes m'est impossible ; je reste donc là, bras enroulés autour de mes jambes, morte de froid, couverte du même jus qui s'écoule de mon cocon, à faire des bruits avec ma bouche - ça ne m'était encore jamais arrivé.

« Ooooh... »

J'aurais aimé ne jamais...

« Soha ! »

Imani ..? Imani ! Je reconnais sa voix ! Je tend mes bras dans sa direction et de l'eau commence à couler de ma seule paire d'yeux, nouvelle réaction de mon nouveau corps ; corps qui, maintenant que j'y pense, a bien des choses en commun avec celui d'Imani, petite Imani désormais plus grande que moi.

« Aaah ! Ah ! »
« C'est rien, ne pleure plus, tout va bien, je suis là maintenant... »

Je doute être devenue humaine, pas avec ces antennes frétillant sur ma tête ni avec ces ailes dans mon dos, mais la ressemblance reste frappante, assez pour m'arracher un sourire.
Je suis en tout cas bien contente d'avoir Imani à mes côtés, je me sens bien dans ses bras, je m'y sens en sécurité et tous ces changements sont moins terrifiants, j'espère qu'elle ne s'en ira pas trop vite cette fois.

« Anik, donne-moi ton t-shirt. »
« Uh ? Ah, oui, okay. »

Ah ! Non ! Imani me force à enfiler un vêtement, un vêtement avec l'odeur du chasseur en plus ; j'en veux pas, je me débat mais rien à faire, me voici avec les ailes piégées dans un tout grand t-shirt.

« Aaah !! »
« Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? »
« Hmm... On ne peut pas la laisser ici, je vais la ramener à la maison. »

À la maison ?
Je vais aller dans la ville, avec Imani et Anik ?
Je n'arrive pas à croire ce que j'entends, une sieste et tous les interdits sont accessibles, mon cocon aurait-il exaucé tous mes vœux ?

Ah, l'eau recommence à couler de mes yeux.

J'ai décidé de ramener Soha chez moi, il aurait été cruel de l'abandonner à son sort dans la forêt, surtout dans son état : encore bien maladroite avec sa forme humaine, communiquer ou même marcher lui est encore irréalisable.
Anik lui a donné son t-shirt et l'a même portée sur son dos lors du retour, mais il n'a cessé de râler, principalement parce que Soha n'a cessé de jouer avec ses cheveux, lui tirer les joues, lui cacher les yeux, etc.
Carnet "Piujuq Soha" (p25)

Riya semble très enthousiaste à l'idée d'avoir un dæmon à la maison, même si la sale de bain est inondée : autant Soha s'est montrée très excitée à l'idée de sortir de la forêt et n'a cessé de s'émerveiller une fois à l'extérieur, à lever les bras vers les cieux ou pousser des cris aux passants médusés ; autant la laver s'est révélé être une épreuve pour tout le monde - mais comment en vouloir à un insecte de craindre l'eau ?
Carnet "Piujuq Soha" (p25)



Je me suis imaginé qu'avoir Soha à la maison serait comme avoir un bébé mais j'ai sous-estimé ses capacités d'apprentissage : on a eu droit à ses premiers pas en deux jours seulement et elle commence à répéter les mots qu'elle entend.
Riya en profite évidemment pour lui apprendre de bien vilains mots malgré mes - nombreuses - remontrances et cette fourbe de dæmon les retient trop bien.
Que sera-t-elle capable de faire demain, à ce rythme ?
Carnet "Piujuq Soha" (p36)

« AaAaAaAaAaAah ! »

Riya m'a offert un uniforme qui, contrairement aux vêtements qu'on m'a fait porter jusqu'ici, me laisse utiliser mes ailes librement au lieu de les enfermer sous le tissu, preuve que deux trous dans le dos du t-shirt suffisent pour me rendre heureuse - elle a même promis de me faire d'autres hauts, bien plus jolis et mieux adaptés à ma morphologie particulière.

C'est très gentil mais en attendant, je peux enfin battre des ailes à volonté, droit dans la direction de Riya dont les cheveux s'envolent, c'est amusant.

« Aaaaaaaaaaaah ! »
« AaAaAaAaAaAah ! »
« Hum, les filles... Qu'est-ce que vous faites, exactement ? »

Imani ! Elle vient jouer dans la rue avec nous !

« Vient lui crier dessus, tu verras, c'est génial ! »
« Pardon ? »
« Si elle bat des ailes, ta voix se déforme comme dans un ventilateur ! »
« Comme dans un ventilateur ! »
« Tu as conscience que les voisins vous prennent pour des folles ? »
« Pour des folles ? »
« Je m'en fiche, des voisins ! Allez, Soha, continue ! »

Oh oui ! Je recommence à battre des ailes, flap, flap, flap, à battre des ailes de plus en plus vite, flapflapflap ; ça fait du vent, comme prévu, mais cette fois mes pieds se détachent du sol et je commence à m'élever lentement.

Je m'amuse tellement ! Je lève la tête vers le ciel, ce ciel magnifique qui me semble désormais accessible, sourire aux lèvres. Imani me crie de descendre tout de suite, les fameux voisins en ouvrent leurs fenêtres et Riya se lance vers moi, m'attrape par la jambe et me me demande :

« Hey, redescend sur terre, l'hélicoptère ! »
« Hahahaha, sur terre l'hélicoptère ! »

Imani est vraiment inquiète, je décide donc de mettre un terme à mon envol en arrêtant de battre des ailes, sans vraiment savoir comment atterrir - une chute douloureuse s'ensuit mais Riya amorti cette dernière et me voici à rire comme une idiote, étalée au sol.

Je m'amuse à répéter tout ce que j'entends, pour mieux retenir, pour mieux prononcer et, parfois, quand je sais que ce sont de vilains mots, pour mieux embêter Imani ; mais cette fois j'aimerais trouver le bon mot toute seule.
Voyons voir...
Ah !

« Encore ? »
« Non ! »
« Non ! »

J'aurais dû le voir venir mais les ailes de Soha sont tout sauf de la décoration et elle s'est brièvement envolée ce matin, un terrible moment de stress : et si elle s'envolait au loin, pour ne jamais revenir ?
Je sais, c'est bête, mais je ne suis pas sûre qu'elle puisse retrouver son chemin seule, et si il lui arrivait quelque chose, si elle faisait de mauvaises rencontres ?
Soha a beau se comporter comme une enfant, elle n'en reste pas moins jolie et des personnes mal intentionnées pourraient profiter de sa naïveté.
Je ne peux m'empêcher de m'inquiéter mais c'est comme ça, mes instincts de mère refont surface ; fort heureusement Riya est de bon conseil, elle a proposé de décorer l'extérieur de notre maison avec Soha, histoire que cette dernière la reconnaisse facilement, même du ciel. Selon Riya, il serait aussi bon de la sortir plus souvent, qu'elle soit même capable de reconnaître le quartier, les environs, et tant pis pour ceux que ça choque ou effraie de croiser un dæmon.
Quant au reste, il nous suffira de mettre Soha en garde contre les dangers de la vie, même si je soupçonne qu'elle n'en fera qu'à sa tête.
Carnet "Piujuq Soha" (p37)



« Bien le bonjour, mesdemoiselles. »

Je me promène souvent avec Riya ces derniers temps, elle me fait visiter ses coins favoris et a même promis de m'emmener dans son magasin un de ces jours. J'ai hâte ! Puis on croise des tas de gens au cours de nos balades, des gens qui s'émerveillent de ma ressemblance aux humains, d'autres qui, bien au contraire, trouvent cette ressemblance dérangeante ; certains murmurent de vilaines choses dans mon dos, d'autres ont juste la phobie des insectes et ma présence les effraie ou les met mal à l'aise...

Riya m'a conseillé de les ignorer, de me concentrer sur ceux qui me trouvent intéressante, sur ceux qui m'apprécient, mais je dois avouer être triste d'être mal-aimée juste parce que je suis née daemon.
Je sais, on ne peut pas plaire à tout le monde et je n'ai pas à avoir honte de ce que je suis, je n'ai rien à me reprocher, c'est juste que...

Oh ?! En parlant de gens qui m'aiment bien, voici un chouette monsieur à la moustache rigolote qui nous salue en nous tirant son chapeau.

« Bonjour monsieur Morrison. »
« James ! »

James est venu me voir en forêt deux ou trois fois avant ma métamorphose. C'est un petit monsieur très gentil, toujours tiré à quatre épingles et amateur de foulards et chapeaux, un gentleman d'un autre âge selon Riya.
Qu'est-ce que ça veut dire, d'un autre âge ?

Je m'avance vers lui et, oh horreur, oh malheur, il décide de m'ébouriffer les cheveux, ce qui ne me pose aucun soucis en soi, ne m'en aurait pas posé si sa main ne s'était malencontreusement posée sur l'une de mes antennes.

« Comment vas-tu, So.. Ah ?! »

James est naturellement confus, son éternel sourire s'est même effacé, mais je n'ai pas su m'empêcher de repousser son bras avec violence ni de le fixer avec méfiance, mains plaquées sur mes antennes, sourcils froncés et.. le feu aux joues, à vrai dire : je n'aime pas qu'on y touche sans ma permission.
C'est.. embarrassant.

« Soha ! »

Si mes joues sont toujours aussi rouges, mon attitude a bien changé et mon regard se porte sur mes chaussures.

« Pardon... »
« Non, non, c'est ma faute ! »

Je m'attendais à me faire tirer les oreilles mais James a retrouvé son sourire, il remonte ses petites lunettes rondes sur son nez et, mains sur ses bretelles, il se lance dans l'une de ses explications qui lui valent le surnom professeur.

« J'aurais dû le savoir, les antennes sont des organes très sensibles. »

Très sensible, exactement !

« Ah oui ? »
« Oui, oui, et elles servent à bien des choses ! »
« Quelles choses ? »

Riya se lasse vite du mode professeur de James mais ces deux antennes sur ma tête ne cessent de m'intriguer, j'aimerais en savoir plus sur elles, sur leur utilité et ces sensations que je ressens à cause d'elles.

« Tes antennes te permettent de rester stable en vol et sont le siège de ton orientation, sans elles tu serais incapable de manœuvrer dans les airs. »

Je commence à bien me débrouiller dans les airs, entre pirouettes aériennes et vol stationnaire, mais je n'aurais jamais cru que mes deux plumes avaient un rôle primordial dans mes escapades vers les cieux, j'aurais vraiment juré n'avoir que mes ailes à remercier.

« Même en dehors du vol, les antennes des insectes sont très importantes : elles servent à déterminer la direction du vent, le taux d'humidité dans l'air et même, surtout en fait, leur servent de.. de nez et d'oreilles. »

Riya me lance des regards discrets mais qui ne cachent pas son énervement, déjà lassée du cours de science improvisé.
Je m'en fiche, ces nouvelles informations me sont difficiles à ignorer et il me faut partager cette objection on ne peut plus pertinente :

« Mais j'ai déjà un nez et des oreilles, moi ! »

James éclate de rire, Riya sombre dans le désespoir.

« C'est vrai ! Tu as une physiologie unique en son genre et je t'avoue ne pas savoir comment tes antennes et ton corps interagissent mais une chose est certaine : la manière dont tu perçois et ressens le monde doit être tellement différente de celle des humains ! »

Riya arrête de me fusiller du regard et s'intéresse enfin à la conversation, un effort incontestable. James a du mal à cacher son enthousiasme vis à vis de ma « vision du monde » si différente.

Pour moi, c'est un choc, parce que je pensais être différente physiquement, juste ça, juste un peu, je ne m'imaginais pas qu'entre les humains et moi, la différence était aussi fondamentale.

« Ça veut dire qu'elle ne voit rien comme nous ? »

Je suis une dæmon.

« Pas exactement, je soupçonne Soha d'être sensible aux ultrasons et donc d'entendre des sons inaudibles pour nous, par exemple. »

Je le savais, évidemment, mais à force de vivre avec les humains, je me suis identifiée à eux, à Imani et Riya surtout, je suppose que j'en ai.. oublié n'est pas vraiment le mot, mais.. perdu de vue ma vraie nature.






Je le savais, évidemment, mais à force de vivre avec les humains, je me suis identifiée à eux, à Imani et Riya surtout, je suppose que j'en ai.. oublié n'est pas vraiment le mot, ceux qui ne n'aiment pas ne cessent de me le rappeler, mais.. oublié ma véritable nature.


« Son odorat est sans doute plus affuté que le nôtre, tout comme son sens du goût ; je soupçonne que pour elle, chacun d'entre-nous a une odeur bien particulière, qu'elle est capable de reconnaître entre mille. »

« Son odorat n'a sans doute rien de commun avec le nôtre, tout comme son sens du goût ; je soupçonne que pour elle, chacun d'entre-nous a une odeur bien particulière, qu'elle est capable de reconnaître entre mille. »

...

« Sérieux ? C'est vrai, ça, Soha ? »
« Ben oui. »

...
Carnet "Piujuq Soha" (p39)

...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bouillie-infame.forumgratuit.be
 

Soha ▬ Like a moth to a flame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Avenir du Compositing (Flame)
» Question bêtes sur le flame

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Préparation au jeu :: Présentation des personnages :: † Cimetière †-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet